La bible au peigne fin


Un lieu de discution et d'apprentissage de la Bible, ouvert à tous les courants de pensée
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 23 Juin - 22:46

Jean-Noël ALETTI
Biblica 83 (2002) 153/174

Réflexions sur quelques paradoxes

Les dernières études en date sur l’ecclésiologie paulinienne relèvent plusieurs étapes correspondant plus ou moins à la distinction entre proto-, deutéro- et tritopauliniennes. Dans les premières lettres, le modèle ayant servi comme point de référence serait celui du "peuple de Dieu"1, car l’apôtre devait situer le groupe chrétien — en particulier les croyants venus de la gentilité — par rapport aux promesses et à l’alliance, et donc par rapport au peuple d’Israël2. Dans les secondes (Col et Ep), le modèle serait constitué par l’agencement des métaphores de la tête et du corps, et témoignerait d’une christologisation drastique de l’ecclésiologie paulinienne3. Dans les Pastorales enfin, le modèle serait l’oi]koj qeou=, empruntant lui- même ses traits à l’oi]koj de la société d’alors 4.

Sans nous prononcer ici sur la pertinence de la reconstitution qui vient d’être sommairement décrite, nous nous interrogerons seulement sur la première étape5, celle des protopauliniennes — que l’on nommera de préférence homologoumena —, en essayant de mettre en évidence le ou les modèles à partir (duquel ou) desquels Paul décrit l’Église, afin de voir s’il en est un plus englobant et les raisons qui l’ont fait préférer à d’autres. Chemin faisant, nous serons amenés à nous situer par rapport à des positions jusqu’à présent considérées comme fermes par la critique.

I. Les énigmes du vocabulaire ecclésiologique paulinien

1. L’Église, peuple de Dieu?

Pour décrire l’Église, les homologoumena utilisent plusieurs métaphores, appartenant à différents champs sémantiques: sw=ma du Christ (1 Co 12,12-27), gew/rgion, oi)kodomh/ (1 Co 3,9), lao/j (2 Co 6,16b; Rm 9,25-26) et nao/j de Dieu (1 Co 3,16-17; 2 Co 6,16a). Ces métaphores n’étant guère plus fréquentes les unes que les autres, il est difficile, au seul vu de leurs occurrences, d’en conclure que l’une d’entre elles est plus fondamentale ou décrit de manière plus décisive le groupe chrétien. Si les exégètes donnent plus d’importance à l’attribution lao_j tou= qeou=, c’est parce que l’Église fut obligée de se situer d’abord à l’intérieur du judaïsme, et ensuite par rapport à lui, lorsque les liens se firent plus lâches.

Il est en effet probable que les disciples de Jésus se sont très tôt — voire depuis le commencement — posé la question de leur rôle et de leur place à l’intérieur d’Israël, et que, comme groupe juif ayant cru en son Messie, ils ne se sont pas seulement compris comme une partie du peuple de Dieu, "mais comme sa plénitude en germe et le représentant de sa totalité"6. Lorsque de plus en plus de païens crurent en l’Évangile, la question de leur statut se posa également en rapport à la descendance d’Abraham et/ou au peuple élu. Avant le mouvement chrétien, le judaïsme avait répondu par le prosélytisme (lequel incluait évidemment la circoncision), et il est probable que la même solution fut adoptée pour les premiers païens qui entrèrent dans l’Église. En refusant la circoncision et l’obéissance intégrale à la loi mosaïque comme condition d’appartenance à la descendance d’Abraham, Paul ne pouvait pas ne pas être amené lui aussi à s’interroger et à se prononcer sur les caractéristiques du "peuple de Dieu". Très probablement même, toujours selon Kraus, la thématique du "peuple de Dieu" est au point de départ de la théologie de l’apôtre7, et c’est à l’aide des traits donnés par les Écritures à Israël, "peuple de Dieu", qu’est principalement et continûment décrit, de 1Th à Ph, le groupe des croyants, comme le montrent les appellatifs égrenés au long des épîtres: a#gioi, e)klektoi/, spe/rma Abraam, ui(oi_ qeou=, klhrono/moi, a)delfoi/8. Kraus discerne une évolution de 1Th à Ph9, indiquant bien que l’apôtre a réélaboré la thématique10, en insistant sur le fait que les conditions d’appartenance et le statut sont les mêmes pour tous les membres, Juifs et Gentils, du "peuple de Dieu": l’extension et la compréhension de l’expression sont ainsi changées.

Kraus note aussi avec raison que, dans les homologoumena11, la description de l’Église comme "corps" ne vise pas à déterminer, comme l’expression "peuple de Dieu", l’identité du groupe chrétien en rapport au groupe juif (à la Synagogue, ou encore à Israël), mais à insister sur la complémentarité et la nécessaire unité des membres — le problème est alors intra-ecclésial —; voilà pourquoi "eu égard au point de départ de l’ecclésiologie paulinienne, voir une alternative entre les concepts "corps du Christ" et "peuple de Dieu" est tout à fait inapproprié"12. Cette observation semble confirmer l’itinéraire proposé par Kraus, selon lequel l’ecclésiologie de Paul part du concept de "peuple de Dieu" et consiste en sa réélaboration progressive, jusqu’à en changer drastiquement l’extension et la compréhension.

2. Difficultés et questions

Les énigmes ne manquent cependant pas, et Kraus en soulève plusieurs, dont on verra plus loin qu’elles sont décisives. Il remarque en effet que de lui-même l’apôtre ne dit pas des croyants d’origine païenne qu’ils sont "le peuple de Dieu", sinon en citant la parole divine, rapportée par les prophètes, comme le montrent 2 Co 6,16b et Rm 9,25. Si la thématique du peuple de Dieu est pour lui si importante, pourquoi est-elle aussi peu explicitement traitée et discutée en ses lettres? Et s’il est vrai qu’en certains passages, tel Rm 4, Paul "décrit le fondement d’une nouvelle définition du peuple de Dieu"13, comment expliquer qu’il insiste sur la filiation (par laquelle se donne à reconnaître la nouvelle définition en question), mais ne mentionne aucunement le concept de "peuple de Dieu" qu’elle est censée symboliser14? Il est pour le moins bizarre qu’il ait essayé de repenser l’extension et la compréhension de ce concept sans jamais le notifier explicitement, car si telle est son intention, on peut s’étonner de le voir montrer comment on peut appliquer aux croyants non circoncis les composantes du "peuple de Dieu" eschatologique — la sainteté, l’ui(oqesi/a, etc. — sans jamais conclure expressément, en ces argumentations, qu’ils sont ainsi membres à part entière de ce peuple. Ainsi, en Galates, à la fin de sa réflexion sur le statut des chrétiens — en particulier ceux qui viennent du paganisme —, après avoir déclaré: "Vous n’êtes plus esclaves, mais fils, et comme fils vous êtes héritiers" n’aurait-il pas alors dû finir en ajoutant: "vous appartenez donc au peuple de Dieu" (cf. Ga 4,7)? Bref, si l’intention de l’apôtre est de montrer que le contenu du concept "peuple de Dieu" est profondément modifié, pourquoi ses argumentations ne traitent-elles et n’insistent-elles que sur les motifs (sainteté, filiation, etc.) qui s’y rattachent?

a) La rhétorique paulinienne

À ces énigmes, Kraus avoue ne pouvoir fournir de réponse que tâtonnante15. À vrai dire, il n’en fournit pas, et l’on peut se demander si cela ne vient pas de ce qu’il tient le concept de "peuple de Dieu" à la fois pour le plus fondamental et le plus englobant16 de l’ecclésiologie des homologoumena. En effet, dès qu’on admet que ce concept guide l’évolution de l’ecclésiologie de l’apôtre, il faut s’expliquer sur son extrême rareté — pour ne pas dire son absence — dans des argumentations traitant du statut heilsgeschichtlich des croyants (en Ga 3-4 et Rm bisou1. Si, dans les homologoumena, les traits de l’e)kklhsi/a17 et les métaphores (ou vocables) qui la désignent, viennent effectivement des Écritures, comment peut-on affirmer que Paul les fait dépendre d’une thématique plus fondamentale, celle du "peuple de Dieu", alors que cette dernière ne fait jamais l’objet d’une probatio suivie? On pourrait certes répondre que l’apôtre laisse à son lecteur le soin d’expliciter des conclusions qu’on peut naturellement tirer de ses argumentations, sans avoir besoin de les préciser lui-même. Mais c’est improbable, car ses propositiones18 sont toujours nettement formulées. Si donc l’intention de Paul est de reformuler les critères d’appartenance au "peuple de Dieu", on peut s’étonner qu’il ne fasse jamais de cette intention une propositio. En d’autres termes, les techniques rhétoriques pauliniennes ne permettent pas d’affirmer que les homologoumena aient pensé et présenté l’Église principalement en référence au concept de "peuple de Dieu": ce dernier reste sans doute un concept fonctionnel, on le verra plus loin, à l’aide duquel l’apôtre progresse en deux de ses argumentations19, mais telle quelle, aucune probatio des homologoumena n‘autorise à le considérer comme un Oberbegriff.

b) L’effet de la christologisation

Plusieurs passages invitent en outre à beaucoup de prudence. En premier lieu, ceux où il est dit que le salut final consiste à vivre avec le Christ20, et que la condition pour y accéder est de faire partie des oi( tou= Xristou=. Cette dernière expression, qu’on ne trouve qu’en 1 Co 15,23, souligne, s’il en était besoin, que, pour l’apôtre, l’espérance en la résurrection finale est essentiellement déterminée par notre rapport au Christ — la question d’une appartenance au "peuple de Dieu" n’y est manifestement pas prise en considération. La métaphore conjugale de 2 Co 11,2 ("je vous ai fiancés à un époux unique, le Christ"), de coloration biblique — car elle rappelle les oracles prophétiques où Dieu parle de Sion comme de son épousée —, témoigne elle aussi de la christologisation de l’ecclésiologie, une christologisation d’extension totale en Rm 16,16, où l’apôtre parle de "toutes les Églises du Christ"21. On objectera sans doute qu’en ces passages et en d’autres, Paul parle ad intra, sans à avoir à situer le groupe chrétien par rapport au peuple juif. Très certainement, mais cette christologisation en est d’autant plus instructive: elle est l’horizon qui dessine l’identité de l’Église, comme le groupe de celles et ceux qui sont tou= Xristou= ou e)n Xristw=|22. À dire vrai, la référence au Christ semble même constituer un élément déterminant de l’ecclésiologie des homologoumena: si Paul n’applique jamais de lui-même au groupe chrétien le titre "peuple de Dieu", alors qu’il dit par ailleurs aux croyants destinataires de ses lettres qu’en Jésus, le Fils, ils sont devenus saints, fils et filles de Dieu, héritiers, frères, cela vient en partie de la christologisation des différents champs de sa réflexion — et cet état de fait est pour le moins inattendu, puisque c’est par Jésus Christ que l’appartenance des non Juifs au spe/rma Abraam a été rendue possible23.


Dernière édition par le Sam 23 Juin - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 23 Juin - 22:50

C ) Abraham, père de nombreux peuples

Tous les passages où il est question de la paternité d’Abraham nous forcent encore à la circonspection. Chaque fois en effet que l’apôtre mentionne la promesse de paternité faite à Abraham, il cite textuellement Gn 17,4-5: pate/ra pollw=n e)qnw=n te/qeika/ se. En ce verset, Dieu ne dit pas au patriarche qu’il sera le père d’un (seul) grand peuple, mais de nombreuses nations. Le pluriel est au demeurant souligné par Paul, qui répète deux fois la phrase divine en Rm 4,17-18, et ajoute avec Gn 15,5: ou#twj e!stai to_ spe/rma sou. L’apôtre voit donc dans le fait que de nombreuses Nations deviendront spe/rma d’Abraham un projet divin originel, et s’il cite ce verset de la Genèse plutôt que d’autres, comme Gn 18,18; 22,18; 26,4; 28,14; Si 44,19-21, où les Nations seront bénies dans/par la descendance du patriarche — autrement dit, dans ou par ce qui deviendra le peuple d’Israël —, c’est pour insister sur la situation paradoxale qu’a provoquée la promesse24. Précisons notre pensée: sans nier a priori que la thématique du "peuple de Dieu" soit sous-jacente à plusieurs passages des homologoumena, on peut se demander si Paul n’a pas évité d’appliquer à l’Église l’appellatif "peuple" (lao/j) à cause même de la situation des non Juifs, qui restent les Nations et ne seront jamais le lao/j d’Israël; Paul a en effet saisi que c’est dans la diversité des nations et des cultures, planté et enraciné en chaque civilisation, que l’Évangile doit être vécu. Que les Nations n’aient pas à devenir le peuple d’Israël n’interdit certes pas qu’elles puissent être appelées à faire partie du spe/rma Abraam ou du "peuple de Dieu"25, mais à supposer même que la thématique du peuple soit ici ou là sous-jacente, Paul n’a retenu et souligné que les traits familiaux.

Il ne semble ni évident ni certain, au vu des trois séries de phénomènes qui viennent d’être relevés, que l’ecclésiologie des homologoumena soit fondée sur le concept de "peuple de Dieu" ou sur tout autre Oberbegriff. Pour décrire l’Église, Paul change de métaphore en fonction de la perspective adoptée, et plutôt que de hiérarchisation, il vaut mieux parler de complémentarité des métaphores, la fonction de ces dernières étant de situer les croyants les uns par rapport aux autres (corps) ou par rapport à Dieu (champ, demeure, temple, peuple). Mais pour vérifier la solidité de ces positions, il importe de les confronter aux deux passages où l’apôtre dit explicitement que les membres de l’Église forment le "peuple de Dieu".
II. Le cas de 2 Co 6,16b-18
Ces versets font partie d’un ensemble plus vaste, 2 Co 6,14 – 7,1, qui a jusqu’à présent intéressé les exégètes pour ses parallèles qumraniens26, au point que son authenticité en a été souvent contestée27. Sans affronter directement ici ces questions, nous suivons la solution proposée par les tenants de l’authenticité et de l’intégrité, pour rendre la plus plausible possible la position que nous prenons à propos de l’ecclésiologie des homologoumena. On pourrait en effet nous reprocher de nous appuyer sur l’hypothèse de l’inauthenticité pour minimiser l’importance du concept de "peuple de Dieu" dans les homologoumena et déclarer secondaire son utilisation en 2 Co 6 et Rm 928.

1. La composition et ses effets de sens

Comme l’indique le schéma qui suit, la chaîne scripturaire est composée de trois unités, disposées concentriquement. Les verbes de A et A' sont à l’indicatif, et ceux de B à l’impératif. Les parallèles existant entre A et A' sont évidents: ici et là l’initiative divine y est suivie d’une double promesse de statut – qui est aussi une double déclaration d’identité. Telle quelle, la chaîne se présente formée de trois fois trois stiques. L’oracle est scandé par trois formules énonciatives qui le précèdent (au v. 16a), le font rebondir (au v. 17b) et le ferment (au v. 18d)29: l’insistance sur l’origine et donc sur l’autorité divine de l’oracle30 est manifeste.
h(mei=j ga_r nao_j qeou= e)smen zw=ntoj, kaqw_j ei]pen o( qeo_j o#ti

A
e/noikh/sw e)n au)toi=j kai_ e)mperipath/sw
L’agir divin (ind. fu.)

(16cde)
kai_ e!somai au)tw=n qeo_j
Le statut réciproque


kai_ au)toi( e!sontai/ mou lao/j
(Je/ils)

B
dio_ e)ce/lqate e)k me/sou au)tw=n
Trois impératifs:

(17abc)
kai_ a)fori/sqhte, le/gei ku/rioj,
L’agir exigé par Dieu

kai_ a)kaqa/rtou mh_ a!ptesqe:

A'
ka)gw_ ei)sde/comai u(ma=j
L’agir divin (ind. fu.)

(17d-18
kai_ e!somai u(mi=n ei)j pate/ra
Le statut réciproque


kai_ u(mei=j e!sesqe/ moi ei)j ui(ou_j ,
(Je/vous)

kai_ qugate/raj

le/gei ku/rioj pantokra/twr

Les dix propositions de la chaîne31 sont rattachées par huit kai/32 et un dio/. Le passage de A à B est repérable non seulement grâce au changement de mode (de l’indicatif à l’impératif) et de personne (de ‘je’/’ils’ à ‘vous’), mais aussi grâce au dio/, qui est de Paul, et indique bien que les impératifs de B dépendent des énoncés de A, ou encore que la triple exigence éthique du v. 17abc est la conséquence du statut donné par Dieu à son peuple au v.16, car le Dieu juste et saint, qui veut habiter au milieu de son peuple, ne peut pas ne pas exiger de ce dernier qu’il se sépare des méchants et des impurs. Cette manière de voir les choses peut en outre se recommander des versets immédiatement précédents, où Paul demande aux Corinthiens de ne pas s’associer avec les incrédules, car (ga/r, v. 16ba) ils sont le temple de Dieu — le statut (nao_j qeou=) requiert un certain type d’agir! Le raisonnement est formé d’une reversio aisément repérable33, où les citations bibliques reprennent en écho les propos de l’apôtre, tout en en montrant le bien-fondé:

x
(v. 14a)
Paul: impératif demandant la séparation d’avec les incrédules

y
(vv. 14b-16b)
Paul: raisons (phrases nominales + indicatif au v. 16b)

y'
(v. 16cde)
citation de l’oracle divin: raisons (indicatifs explicitant celui du v. 16b)

x'
(v. 17abc)

citation de l’oracle divin: impératifs exigeant la séparation

Un schéma montre aisément comment se combinent la reversio et les citations bibliques. La dernière unité de la citation (A') ne fait pas partie de la reversio, et l’on verra comment interpréter cette disposition:

x
(v. 14a)

y
(vv. 14b-16b)

y'
(v. 16cde)
=
A

x'
(v. 17abc)
=
B

A' (vv. 17d-18)

Si les ordres de Dieu en B trouvent leur raison d’être en A, la fonction de A' est-elle la même par rapport à B? À vrai dire, le sens de la conjonction de coordination kai/34 au v. 17d ne s’impose pas. On peut y voir (a) une simple coordination — et le rapport entre les impératifs du v. 17 et les indicatifs qui leur font suite reste alors énigmatique —, ou (b) lui donner une nuance consécutive ("et, ainsi"), comme si l’accueil divin du v. 17d et les statuts énoncés au v. 18 dépendaient de la performance éthique du peuple ("Si vous vous mettez à l’écart et ne touchez à rien d’impur, alors je vous accueillerai, et je serai votre Dieu, et vous serez pour moi des fils et des filles"). Mais cette manière de lire la progression est infirmée par la reversio dont on vient de parler, où la réponse humaine ne détermine pas les statuts mais en procède. Est-il en effet pensable que Paul (ou Dieu, qu’il cite) puisse changer radicalement de perspective en l’espace de trois brèves injonctions? Au demeurant, on peut se demander si en faisant suivre le kai/ du pronom e)gw/35 l’apôtre n’a pas plutôt voulu mettre en valeur ce pronom et signifier une insistance désignative: "et c’est moi qui vous accueillerai et serai pour vous un père". (c) En se recommandant de la composition concentrique des citations (en ABA'), on peut voir en A' une reprise de A, et donner au kai/ une nuance explicative: les impératifs éthiques ne sont pas une fin en soi, ils sont à comprendre sur fond d’une relation leur donnant sens, celle d’un Père qui veut la dignité de ceux qu’il a choisis, une dignité de fils et de filles. Cette dernière interprétation, basée sur la composition et la reversio qui court du v. 14 au v. 18, semble plus probable, et c’est elle que nous suivrons ici.
Si la composition concentrique de la chaîne oraculaire invite à mettre A et A' en parallèle, les unités B et A' sont, elles aussi, étroitement unies, car, en l’une et l’autre, Dieu s’adresse directement (en "vous") à ceux qu’il a choisis36. Cette continuité du "vous" indique bien que le Seigneur qui ordonne, est aussi celui qui veut instaurer une relation personnelle et proche, de type familial: si le statut de peuple était dû à la sainte présence de Dieu, et impliquait obéissance et purification — exprimées par les trois ordres du v. 17abc —, les statuts du v. 18 connotent à la fois tendresse (de la part du père) et dignité (pour les fils et les filles). Le parallélisme existant entre A et A' n’est donc pas purement répétitif ou spéculaire; pour ceux que Dieu s’est choisis, une progression s’y dessine, qui va du statut de peuple (A) à celui de fils et de filles (A'). Cette progression sémantique est confirmée par la reversio dont on a parlé plus haut, et qui suffit pour ce que Paul veut montrer, à savoir que ceux qui sont en Christ ne doivent pas aller avec les incroyants et les impurs; l’argumentation aurait donc normalement dû finir avec les trois impératifs du v. 17abc. Or, les vv. 17d-18 (l’unité A') vont au-delà de ce cadre et, eu égard au problème traité, ne constituent pas une preuve supplémentaire. Ils se présentent plutôt comme une excroissance, mais très symptomatique de l’importance accordée par Paul aux statuts qu’il y mentionne, l’être-père de Dieu, et l’être-fils et filles des croyants.
Cela dit, la composition et la progression de A à A' ne disent rien sur la relation entre les statuts qui y sont respectivement énoncés, en d’autres termes: faut-il faire partie du "peuple de Dieu" pour être fils et filles? À n’en pas douter, le judaïsme du temps de Paul a répondu positivement à la question, et s’il en était de même pour Paul, il faudrait considérer le concept de "peuple de Dieu" comme le point de départ obligé de l’ecclésiologie du passage — et peut-être des homologoumena. Mais avant de se prononcer sur le rapport entre les statuts énoncés en A et A', il importe de déterminer les raisons pour lesquelles Paul a mentionné celui de "peuple de Dieu" et l’a appliqué à tous ceux qui sont en Christ.


2. Pourquoi lao_j qeou=?
Partons du v. 16, où l’on peut noter un écart entre l’affirmation de Paul h(mei=j nao_j qeou= e)smen zw=ntoj et le statut énoncé par l’oracle divin: au)toi_ e!sontai/ mou lao/j. Le lecteur ne peut qu’être surpris par le début de la citation, car si l’apôtre veut montrer à l’aide des prophètes que les croyants forment le nao_j qeou=, il doit en principe faire en sorte que la citation reprenne cette dernière expression ou une autre, mais équivalente. Or, il utilise celle de lao_j qeou=, mais dans les passages prophétiques cités37, le temple de Dieu est au milieu du peuple, il ne lui est pas identique. Il n’existe d’ailleurs aucun passage biblique où un peuple (y compris Israël) est appelé "temple de Dieu". L’expression lao_j qeou= est-elle donc bien choisie pour constituer l’appui biblique sollicité 38? Voyons plutôt d’abord comment l’apôtre explicite, grâce à la première partie de la citation (e)noikh/sw e)n au)toi=j kai_ e)mperipath/sw) l’idée que Dieu habite chez ceux qu’il s’est choisis; le lecteur note en effet la triple répétition du e)n qui signifie l’habitation et la présence active de Dieu au milieu des siens, ce que Paul voit strictement et pleinement réalisé dans l’Église: si Dieu (ou son Esprit Saint) habite et se meut en elle, cela ne signifie-t-il pas qu’elle est sa demeure, son nao/j? Lv 26,12a et Ez 37,27a ne suffisent-ils donc pas pour illustrer et appuyer l’affirmation de Paul sur l’Église "temple de Dieu"? Pourquoi ce dernier ajoute-t-il Ez 37,27b, où Dieu énonce d’autres statuts (moi, leur Dieu, et eux, mon peuple)? Or, les oracles prophétiques le montrent à l’envi, ce n’est pas parce que Dieu habite (grâce au Temple) au milieu de ceux qu’il a choisis, que ces derniers l’accueillent vraiment et vivent la sainteté que sa présence exige. Combien de prophètes n’ont-ils pas déclaré que la présence du lieu saint — et donc du Dieu saint — dans la cité davidique, n’a pas été suivie de la nécessaire sanctification des habitants de Jérusalem et d’Israël? On voit dès lors pourquoi Paul se devait de trouver des oracles où il est explicitement affirmé que la présence de Dieu (v. 16c, citant Lv 26,12,a et Ez 37,27a) instaurera une relation proportionnée, c’est-à-dire forte et définitive (v. 16de, citant Ez 37,27b). Si l’expression lao_j qeou= n’équivaut pas à nao_j qeou=, et si elle ne décrit pas tout à fait adéquatement la vocation du groupe chrétien, Temple vivant où Dieu veut habiter et demeurer, pour être reconnu et vénéré, pour communiquer sa sainteté, etc., le statut que lao_j qeou= signifie, suffit néanmoins à indiquer les effets qu’aura la présence (eschatologique) du Seigneur au milieu des siens39.


Dernière édition par le Sam 23 Juin - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 23 Juin - 22:52

De ces analyses, quelles conclusions peut-on tirer pour la fonction de l’expression lao_j qeou=? Chacune des parties des oracles cités (Lv 26,12 et Ez 37,27) a son importance: (a) la première est une preuve essentielle, par laquelle Paul peut justifier son affirmation relative à l’Église nao_j qeou=, puisque Dieu y affirme avec insistance (cf. les trois e)n) vouloir demeurer au milieu des siens; (b) quant à la deuxième, elle a pour fonction d’expliciter la première, en ajoutant que l’habitation divine n’est pas seulement un fait qui n’aurait aucun impact sur la manière de vivre de ceux au milieu desquels Dieu se tiendra, mais qu’elle instaurera des relations fortes et vraies, bref, qu’elle opérera un changement radical. Le concept fondamental du passage est donc bien celui de "temple de Dieu", qui exprime la vocation de l’Église, et qui n’est pas dérivé de celui de "peuple de Dieu", non seulement parce que, de soi, il n’est pas nécessaire d’être "le peuple de Dieu" pour devenir son Temple, mais parce qu’en 2 Co 6,16 le concept de "peuple de Dieu" reste subordonné (à celui de "temple de Dieu") et fonctionnel, dans la mesure où son rôle est de signifier une transformation rendant le groupe des élus digne de la présence et de la sainteté divine. L’analyse de composition (en particulier la présence de la reversio) a en outre montré que la dernière partie de la chaîne scripturaire (l’unité A') n’est pas nécessaire à l’argumentation; son ajout signifie que, pour l’apôtre, le vocabulaire susceptible d’exprimer adéquatement les relations les plus étroites entre Dieu et les siens est familial (père, fils et filles). Nous espérons seulement avoir montré que le passage ne fait pas dépendre la relation de filiation (en A') de l’être peuple de Dieu (en A). En sera-t-il autrement en Rm 9,25-26?
III. Rm 9,24-26


1. La composition Ces versets, où l’expression lao_j qeou= se trouve encore prononcée par un oracle divin, font partie d’un ensemble plus vaste, Rm 9,6-29, dont la composition est bien connue, et qu’on rappellera seulement ici pour mémoire, sans plus de commentaire40:
A
(vv. 6-9)
Israhl v. 6b (2x)

descendance (spe/rma) v. 7 (2x), v. 8

B
(vv. 10-13)
aimer (a)gapa/w) v. 13

C
(vv. 14-18
avoir pitié (e)lee/w) v. 15 (2x), v. 16.18

vouloir (qe/lw) v. 16.18 (2x)

force ou puissance (du/namij) v. 17

montrer (e)ndei/knumai) v. 17

C’
(vv. 19-23)
vouloir (qe/lw) v. 22

montrer (e)ndei/knumai) v. 22

force ou puissance (to_ dunato/n) v. 22

miséricorde (to_ e!leoj) v. 23

B'
(vv. 24-26)
aimer (a)gapa/w) v. 25 (2x)

A'
(vv. 27-29)
Israhl v. 27 (2x)

descendance (spe/rma) v. 29 Les vv. 24-26 (B') qui nous occupent, forment l’avant-dernière unité et font pendant aux vv.10-13 (B), pour en dissiper l’énigme. Car, si B présentait les choix divins en contrastes forts, amour et haine, avec pour conséquence l’existence de deux groupes, sans qu’on sache ce que deviendront ceux qui sont haïs, B' décrit maintenant le passage du négatif au positif, du ne pas-être-aimé (l’équivalent du haï du v. 13) à l’être-aimé, et fait déjà comprendre que la miséricorde est ultime41. Os 2 est le seul passage vétérotestamentaire où se trouvent réunies ces deux composantes (le vocabulaire de l’amour et le passage du ne-pas-être-aimé à son contraire), et l’on voit pourquoi Paul le sollicite en Rm 9,25-26.
Il est clair que ceux qui ont été "appelés d’entre les Juifs" (v. 24) sont aussi ceux dont Isaïe dit qu’ils formeront le reste des sauvés (v. 27b), et l’on peut ainsi discerner aux vv. 24-29 une reversio dont les éléments ont la forme suivante42:
(miséricorde à) nous qu’il a appelés

a
- non seulement d’entre les Juifs,

b
- mais aussi d’entre les Nations, B - appel d’entre les Nations: peuple et fils (vv. 25-26);

A
- appel d’entre les Juifs: le reste sauvé (vv. 27-29).Si la reversio est réelle, et s’il est indéniable que le passage d’Osée cité aux vv. 25-26 concerne ceux qui ont été appelés "d’entre les Nations", autrement dit les non Juifs43, il faut tout de même ajouter qu’il ne s’applique pas qu’à eux, mais aussi à ceux qui ont été appelés "d’entre les Juifs", car à aucun moment l’apôtre ne dit que la citation d’Osée ne concerne que les ethnico-chrétiens: le pronom "nous" du v. 24a entend bien parler d’un groupe unique, auquel Paul affirme appartenir. Car le mouvement même de la reversio indique bien que la réflexion de l’apôtre ne s’attarde pas sur les acteurs nommés aux vv. 25-26, mais sur la situation actuelle et future d’Israël (vv. 27-29), et Rm 9 est en cela cohérent avec le reste de l’argumentation de Rm 9-11.
Si Paul reste très laconique sur l’identité nouvelle de ceux à qui Dieu a fait miséricorde, autrement dit, s’il ne s’explique pas sur les raisons qui lui ont fait appliquer l’oracle biblique d’Os 2 à l’Église, en particulier aux ethnico-chrétiens, le lecteur, lui, ne peut que s’interroger sur la cohérence de ses affirmations. Voyons pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 23 Juin - 22:53

2. Le lao_j qeou= La première surprise vient en effet de ce que Paul applique Os 2 à des ethnico-chrétiens. Il importe néanmoins de souligner qu’en les nommant "peuple de Dieu", le passage soulève bien d’autres questions, car dans la suite de la section, c’est Israël — d’abord le reste saint, puis l’ensemble de ceux qui ont refusé de croire en l’Évangile par fidélité à la Loi — qui est le "peuple de Dieu": que ce titre s’applique à ceux qu’on nommera ici par commodité les judéo-chrétiens, le contexte proche le montre, car ils forment le reste d’Israël que Dieu dit vouloir sauver (Rm 9,27b); de même, lorsqu’en Rm 11,1 l’apôtre demandera: "Dieu a-t-il abandonné son peuple?", il répondra négativement, en invoquant sa propre personne, qu’il considère comme représentative de tous les Juifs que Dieu a appelés à croire en son Fils. Que l’Israël qui refuse encore le Christ soit — maintenant ou à la fin des temps, peu importe ici — aussi le "peuple de Dieu", les derniers développements de la section permettent de le supposer, car la question qui enclenche la dernière partie de l’argumentation, à savoir: "Dieu a-t-il donc rejeté son peuple?" (Rm 11,1) trouve sa réponse ultime en 11,28-32. Ainsi, en Rm 9-11 Israël – le reste saint sans aucun doute, mais aussi les autres, qui ne croient pas encore en l’Évangile – est bien le "peuple de Dieu". En disant donc, sans plus de précisions, que les ethnico-chrétiens le sont eux aussi, l’apôtre ne porte-t-il pas son lecteur à la confusion, d’autant plus que, dans la suite de cette même section, les ethnico-chrétiens sont nommés e!qnh44? Pour répondre avec pertinence, il importe au préalable d’étudier la chaîne oraculaire de Rm 9,25-26.

Deux anomalies retiennent immédiatement l’attention: (a) Paul cite deux versets d’Os 2, alors qu’un seul aurait pu suffire pour signaler que la "non-aimée" avait été appelée "aimée", autrement dit pour faire pendant à l’unité B (vv. 10-13), et (b) il cite le dernier verset d’Os 2 avant le premier:
Os 2,25: celui qui "pas-mon-peuple" j’appellerai "mon-peuple",
et celle qui "pas-aimée" [j’appellerai] "aimée" (Rm 9,25)
Os 2,1: et il y aura que dans le lieu où il leur fut dit vous [n’êtes]
"pas-mon-peuple"ils seront appelés "fils du Dieu vivant" (Rm 9,26).
Si, comme l’indique la composition de Rm 9,6-29, la correspondance entre les unités B et B’ ne requérait en principe que l’une des phrases d’Os 2,2545, Paul en a ajouté une autre, du même verset46, à cause du verbum dicendi e)rw= — remplacé ici par kale/sw —, car elle allait dans le sens de son argumentation, où tout dépend de l’efficacité de la parole divine: Dieu parle, appelle, et cela advient! Mais cette autre phrase (e)rw= tw=| Ou) law=| mou lao/j mou) va également lui servir, car grâce au syntagme "pas-mon-peuple", grâce donc à une gezerah shawah, il va rapprocher Os 2,25 et 2,147. Ce point est des plus intéressants, car il montre bien que ce n’est pas le syntagme lao/j mou — ou le concept de "peuple de Dieu" — qui explique l’agencement d’Os 2,25 et 2,1, mais son contraire, ou) lao/j mou! C’est en effet grâce à lui que Paul peut progresser et arriver, comme en 2 Co 6,16b-18, au titre qui, à ses yeux, décrit le mieux le statut le plus élevé que Dieu veut donner à ceux qu’il a appelés, celui de fils et filles. La première conclusion qu’on peut tirer de cette très brève analyse est assez évidente: si le titre lao/j mou est bien attribué aux chrétiens, il n’a pas, en ce passage, de fonction argumentative décisive. Que par ailleurs les titres (peuple, aimée, fils du Dieu vivant) soient en progression ascendante et que cette dernière soit analogue à celle de 2 Co 6,16b-18, un coup d’œil même rapide le vérifie aisément: l’apôtre les emploie dans l’ordre inverse où ils le sont en Os 248.
Que la problématique de Rm 9,6-29 ne soit pas guidée ou déterminée par le concept de "peuple de Dieu", le développement de la probatio le met aussi en valeur. Car si elle semble vouloir remodeler l’extension et la compréhension du concept de peuple d’Israël, en disant que "tous ceux qui [sont issus] d’Israël ne sont pas Israël" (v. 6b), elle tourne court et passe immédiatement à la question d’Abraham, pour distinguer entre spe/rma et te/kna, etc. Si l’apôtre ne s’est aucunement arrêté sur ce qui fait l’appartenance à Israël, il établit en revanche progressivement que c’est la parole divine qui crée le statut et la dignité de fils, celui qui est aimé (vv. 7-13). La problématique de la descendance (d’Abraham) et de la filiation (divine) — et la relation existant entre les deux — est donc la seule développée, et c’est elle qui est encore reprise à la fin de cette probatio, en Rm 9,26-29; le moins que l’on puisse dire, c’est que les qualificatifs donnés en Rm 9 partent de la vie familiale et y reviennent. Ce n’est donc pas le concept de "peuple" (d’Israël et ou de Dieu) qui est repensé en ces versets, mais bien celui de descendance et de filiation.
Si le concept de peuple de Dieu n’a pas de fonction argumentative décisive en Rm 9,25-26, il y est néanmoins utilisé comme titre donné aux chrétiens, d’origine juive ou non. L’extension que Paul lui donne à la fin de cette première argumentation (Rm 9,6-29, qui n’est que le premier volet d’un triptyque) est encore provisoire, on l’a déjà dit plus haut: le peuple de Dieu est formé du reste saint d’Israël (et qui, pour l’apôtre, sont les juifs ayant cru en Jésus Christ) et des ethnico-chrétiens; mais rien n’est encore dit de l’Israël qui n’a pas cru en l’Évangile et est resté attaché à la Loi. On peut s’étonner du flou dans lequel Paul laisse son affirmation: il ne dit pas que les ethnico-chrétiens sont entrés dans le "peuple de Dieu" — ce dernier étant préexistant à leur entrée et étant formé du reste saint (les croyants d’origine juive) —, mais qu’ils le sont devenus, en même temps que ceux qui ont été appelés d’entre les juifs! Une chose est sûre: en insistant sur le fait que Dieu a appelés Juifs et (surtout) non Juifs à devenir son "peuple", Paul signifie que cette appartenance est désormais compatible avec le statut de non Juif, ou encore qu’elle ne supprime pas les différences culturelles et autres existant entre Israël et les nations.
Quant à la compréhension du concept, Kraus et d’autres pensent que ses composantes en ont été déjà énumérées en Romains 1–8 et dans les lettres antérieures49, car, selon eux, les qualificatifs que l’apôtre donne aux croyants — "saints", "bien-aimés de Dieu", "appelés", "élus", "descendance d’Abraham", "enfants/fils de Dieu", "héritiers", "promis à la gloire" — sont liés à la thématique du "peuple de Dieu"50. La manière dont Paul cite Os 2 — à rebours — montre que le concept sur lequel il insiste est celui de "fils de Dieu", et la gezerah shawah nous autorise à ajouter qu’en Rm 9,25-26 ce dernier concept ne dépend pas de celui de "peuple de Dieu", preuve en a été donnée plus haut. Il est ainsi impossible de se prononcer sur la compréhension ou, si l’on préfère, sur le contenu du concept de "peuple de Dieu" en Rm 9. Paul l’utilise parce qu’il avait besoin de son contraire ("pas-mon-peuple"), mais il ne se croit pas obligé d’en préciser les contours et le contenu, ce qui montre bien que son ecclésiologie ne consiste pas à le remodeler ou à le modifier radicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 23 Juin - 22:57

3. Les fils du Dieu vivant Paul ne cite pas toujours à la lettre les textes bibliques qu’il sollicite. Au v. 26, il aurait pu rendre ainsi Os 2,1: "et ceux à qui il a été dit: vous ‘pas-mon-peuple’, seront appelés ‘fils du Dieu vivant’". Or il reprend fidèlement les dénotations spatiales du texte d’Oséé

Et il y aura que dans le lieu où il leur a été dit: vous (n’êtes) pas mon peuple, là-même, ils seront appelés "fils du Dieu vivant".Sans doute, pour Paul, la prophétie s’applique-t-elle aux Juifs, qui dans la Palestine ou la Diaspora d’alors, ont cru en Jésus Christ. Mais elle vaut tout autant pour les Gentils, qui là même où on leur a déclaré qu’ils n’appartenaient pas au peuple saint, sont devenus fils du Dieu vivant, et ce lieu de leur transformation, c’est le pays où ils vivent et séjournent, celui où l’Évangile les a rejoints et où ils peuvent le vivre. Par son caractère brachylogique la citation force aussi le lecteur à se demander à quelles conditions doit s’opérer le passage de "pas-mon-peuple" à "fils du Dieu vivant": (1) le déroulé de la probatio exclut manifestement que les Gentils doivent entrer dans le peuple d’Israël, puisque le v. 24 dit explicitement que ceux qui ont été appelés au statut de "fils du Dieu vivant" viennent du judaïsme et des Nations; la formulation indique bien que, pour devenir tels, ni les uns ni les autres n’ont eu à changer le statut dans lequel les a trouvés l’appel divin: les Juifs n’ont pas eu à abandonner la foi de leurs pères, et les Gentils n’ont pas davantage eu à devenir Juifs, sujets de la Loi. (2) Quant à la relation entre le devenir "peuple de Dieu" et le devenir "fils du Dieu vivant", le passage la donne comme simultanée, sans qu’on puisse dire que le premier statut ("peuple de Dieu") soit une condition nécessaire à l’obtention du second ("fils de Dieu"): si l’être "peuple de Dieu" est mentionné avant l’être "fils de Dieu", ce n’est ni parce qu’il le précède ni parce qu’il en est la condition, mais parce que, pour Paul, il a moins de relief que l’autre.

Car, s’il est d’ailleurs une chose que Paul développe, c’est bien le statut filial et fraternel des baptisés: les croyants sont enfants, filles et fils, héritiers, frères, car ils ont reçu l’Esprit de filiation, etc. On objectera que ces titres y compris celui de "frère(s)" appartiennent à la thématique du peuple de Dieu. Dans le judaïsme, sans aucun doute. Mais, est-il bien sûr que chez Paul la thématique familiale soit directement reliée à celle du peuple de Dieu? Quel est le plus important pour Paul: faire partie du peuple de Dieu ou/et être fils dans le Fils? Les deux chaînes scripturaires de Rm 9,25-26 et 2 Co 6,16b-18 ne font pas exception à la règle, puisque partant d’une dénomination traditionnelle, liée au langage de l’alliance, elles donnent plus de relief au vocabulaire familial et d’importance aux statuts qui y correspondent.

IV. Le statut de l’Église dans les homologoumena
Si, de lui-même, Paul ne nomme jamais "peuple de Dieu" les Églises auxquelles il écrit51, les deux textes de Rm 9 et 2 Co 6 que nous avons brièvement présentés montrent qu’il écarte d’autant moins ce statut que, dans les deux cas, celui qui les énonce est Dieu lui-même — nous avons d’ailleurs noté combien 2 Co 6,16b-18 et Rm 9,6-29 insistent sur la force énonciative des oracles divins. Au vu de ces textes et de leur force énonciative, peut-on dire que Paul, hésitant à utiliser ce titre par lui-même, se recommande de la parole divine pour le faire admettre de ses lecteurs? Mais comme les deux passages étudiés insistent plus sur l’être fils (de Dieu) que sur l’autre statut, mentionné pour les raisons qu’on a vues, il est préférable de renoncer à cette hypothèse.
Nos analyses ont par ailleurs confirmé les réflexions qu’avait suscitées la monographie de W. Kraus. On peut ainsi résumer les conclusions auxquelles nous sommes arrivés:
(a) Il ne semble pas fondé d’affirmer que l’ecclésiologie des homologoumena est construite à partir du concept de "peuple de Dieu", car dans les deux seuls textes où ils sont utilisés, les syntagmes lao_j qeou= et ui(oi_ [qeou=] ne sont pas dans une relation de cause à effet, et rien ne prouve qu’il en soit autrement dans le reste des homologoumena.
(b) Si le concept de "peuple de Dieu" n’est pas l’Oberbegriff à partir duquel se situeraient les autres termes décrivant l’Église dans les homologoumena, y en a-t-il un autre? Les deux passages analysés ont montré que l’apôtre insiste davantage sur ce qu’il appelle ailleurs l’ui(oqesi/a, mais en d’autres passages et selon les besoins, les métaphores qu’il utilise varient. Le vocable e)kklhsi/a — au pluriel ou au singulier — est le plus usité, mais il est plutôt dénotatif ou désignatif. Quant aux métaphores par lesquelles Paul développe son ecclésiologie et lui donne un contenu, elles sont complémentaires, et aucune ne semble plus fondamentale que les autres.
(c) Il ne semble donc pas y avoir d’Oberbegriff ecclésiologique dans les homologoumena. C’est sans doute à cette absence que les antilegomena — autrement dit Colossiens et Éphésiens — ont voulu remédier en donnant l’importance que l’on sait aux métaphores de la tête (le Christ) et du corps (l’Église). Cette christologisation n’a sans doute pu se faire que parce que, parallèlement, la situation heilsgeschichtlich du groupe chrétien par rapport à la Synagogue était en voie de clarification — la distanciation devenait progressivement séparation.
Si ces quelques réflexions n’ont aucune prétention exhaustive, elles voudraient néanmoins corriger l’idée qu’on se fait actuellement de l’évolution de l’ecclésiologie paulinienne, de 1Th aux Pastorales. Et si le temps d’un nouveau paradigme n’est pas encore arrivé, il est de notre responsabilité d’œuvrer pour qu’il advienne.

Via della Pilotta, 25
I - 00187 – Rome

Jean-Noël ALETTI


NOTES [size=12]* À Gottfried Hammann, ecclésiologue, collègue émérite en tous les sens du terme, et ami.
1 La thèse de W. KRAUS, Das Volk Gottes. Zur Grundlegung der Ekklesiologie bei Paulus (WUNT 85; Tübingen 1996), suit cette orientation.
2 Sans considérer cet aspect heilsgeschichtlich, mais plutôt la manière dont Paul voit les relations intra-ecclésiales, d’autres mettent en évidence une évolution du groupe Église qui serait plus ou moins parallèle à celle relevée plus haut. On aurait ainsi, dans un premier temps des rapports de fraternité (et d’égalité), et, progressivement, avec les deutéro- et les tritopauliniennes, les rapports ecclésiaux seraient calqués sur ceux de la maisonnée (oi]koj), avec une insistance grandissante donnée à la hiérarchisation des statuts. Voir D.G. HORRELL, "From a)delfoi/ to oi]koj qeou=: Social Transformation in Pauline Christianity", JBL 120 (2001) 293-311. De ce dernier type d’approche, qui ne sera ni étudié ni discuté ici, on trouvera d’autres représentants en K. SCHÄFER, Gemeinde als "Bruderschaft". Ein Beitrag zum Kirchenverständnis des Paulus (Frankfurt a.M. 1989), et H. DOOHAN, Paul’s Vision of Church (GNS 32; Wilmington, DE 1989).
3 Voir principalement les travaux de H. Merklein.
4 Voir surtout 1 Tm 3,15 ("l’oi]koj qeou=, qui est l’Église du Dieu vivant"). Outre et avant D.G. Horrell, déjà mentionné, on pourra consulter les publications de l’exégèse féministe, en particulier U. WAGENER, Die Ordnung des "Hauses Gottes". Der Ort von Frauen in der Ekklesiologie und Ethik der Pastoralbriefe (WUNT 2. Reihe 65; Tübingen 1994). Avec raison Wagener reconnaît que les Haustafeln de Col/Ep ne supposent pas une ecclésiologie basée sur les liens de la maisonnée, car en ces lettres c’est la métaphore de l’Église corps du Christ qui y domine – l’ecclésiologie de l’oi]koj qeou= n’est en effet présente qu’à partir des Pastorales. Selon le même auteur, les directives des codes domestiques ne sont pas le signe d’une influence grandissante des valeurs païennes dans l’Église, mais d’une réflexion sur l’autorité dans la communauté, sur laquelle est projeté le modèle de la maisonnée, où la femme a un rang inférieur. Mais, en retour, la structuration hiérarchisée de la communauté permet de justifier et renforcer la structure familiale. Toujours selon Wagener, c’est parce que le modèle ecclésiologique des Pastorales est celui de la maisonnée et implique une structuration socialement hiérarchisée, que 1 Tm demande aux femmes de rester à l’intérieur du modèle, autrement dit d’avoir un statut subordonné, lequel leur interdit les ministères de leadership.
5 Réservant pour plus tard l’examen des deux autres.
6 KRAUS, Das Volk Gottes, 351.
7 Avec KRAUS, Das Volk Gottes, 124-126, 184 (à propos de 1 Co 12-13: "Le fondement de son [Paul] ecclésiologie est la conviction que l’Église représente le peuple de Dieu de la fin des temps"), etc.
8 Pour une liste plus complète, voir KRAUS, Das Volk Gottes, 111-119.
9 Si, au départ, Paul dit que les croyants d’origine païenne sont dans la même situation que ceux d’origine juive, il laisse ensuite entendre que "le peuple de Dieu" est formé par l’Église, composée de Juifs et de Gentils, car la circoncision, qui marquait la différence entre les deux groupes, est désormais devenue inutile pour déterminer l’appartenance au peuple de Dieu (1 Co 7,17-24), et il montre en Ga que, pour appartenir au "peuple de Dieu", il n’est plus nécessaire d’être sujet de la Loi (mosaïque) ou membre du peuple d’Israël, mais seulement de croire en Jésus Christ et d’être baptisé. Avec Rm, on irait même vers une nouvelle définition du peuple de Dieu (dit à propos de Rm 4; KRAUS, Das Volk Gottes, 276).
10 Voir KRAUS, Das Volk Gottes, 352.
11 Il le dit à propos de 1 Co 12-13, mais l’affirmation vaut pour tous les homologoumena.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 23 Juin - 22:57

12 KRAUS, Das Volk Gottes, 182-183. Même observation à p. 195. Ajoutons que l’affirmation ne vaut plus pour les antilegomena, où l’expression "corps du Christ" est effectivement une alternative. Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon commentaire sur Éphésiens (Paris 1998) 135-167.
13 KRAUS, Das Volk Gottes, 276.
14 J’avais déjà formulé cette demande en Israël et la Loi dans la lettre aux Romains (Paris 1998) 72 n. 3.
15 KRAUS, Das Volk Gottes, 356-357: "Bei der Frage, warum die Begrifflichkeit lao_j qeou= nur an ganz wenigen Stellen auf die Kirche angewendet begegnet, ist wiederum eine tastende Antwort möglich".
16 KRAUS, Das Volk Gottes, 359, utilise le terme Oberbegriff.
17 Il n’y a, dans le NT, aucun texte expliquant ou même signalant brièvement les raisons (en particulier vétérotestamentaires) pour lesquelles e)kklhsi/a en est venu à désigner de façon privilégiée le groupe chrétien. Même remarque chez KRAUS, Das Volk Gottes, 125.
18 Ce vocable a ici le sens technique et précis que lui donnent les auteurs anciens — il s’agit d’énoncés qui font l’objet d’une probatio, qui doivent donc être explicités, expliqués, justifiés ou fondés.
19 Rm 9,6-29 et 2 Co 6,14 – 7,1.
20 Voir 1 Th 4,17; 5,10; 2 Co 13,4; Rm 6,8; le phénomène s’accentue dans les antilegomena.
21 Voir encore 1 Th 2,14 et Ga 1,22. L’expression "Église(s) de Dieu" (1 Co 1,2; 10,32; 11,16.22; 15,9; 2 Co 1,1; Ga 1,13) est plus fréquente.
22 Expression similaire à celle de 1 Co 15,23 en Rm 8,1 (oi( e)n Xristw=| 'Ihsou=).
23 Voir par ex. Ga 3,16.
24 L’observation vaut aussi pour Ga 3,8 qui reprend à sa manière Gn 12,3 ("En toi seront bénies toutes les tribus de la terre").
25 Selon KRAUS, Das Volk Gottes, 359, l’expression spe/rma Abraam pourrait constituer un autre Oberbegriff susceptible d’inclure tous les croyants, Juifs et Gentils. Mais l’usage que Paul fait de l’expression n’étant pas uniforme, il est difficile d’y voir un Oberbegriff. En effet, si en Rm 4,13.16.18; Ga 3,16.29, son extension semble maximale, en d’autres passages, tels 2 Co 11,22; Rm 11,1, elle s’applique à ceux-là seuls qui sont d’origine juive. Sans aucun doute, l’appartenance à la descendance d’Abraham est décisive dans les argumentations de Ga et Rm, car elle détermine l’obtention des bénédictions eschatologiques —, mais elle l’est dans les limites d’une réflexion sur le statut des croyants, en sa dimension heilsgeschichtlich. Car, en de nombreux passages, le statut des communautés et du groupe Église est plutôt rendu à l’aide d’ajouts christologiques (e)n Xristw=|, etc.).
26 Sur ces questions, voir par ex. J.A. FITZMYER, The Semitic Background of the New Testament : Combined Edition of Essays on the Semitic Background of the New Testament and A Wandering Aramean (Grand Rapids, MI 1997) 205-217 (paru pour la première fois en 1961); et deux monographies dont on reparlera plus loin, celle de B. GÄRTNER, The Temple and the Community in Qumran and the New Testament. A Comparative Study in the Temple Symbolism of the Qumran Texts and the New Testament (NSTS MS 1; Cambridge 1965), et celle de G. KLINZING, Die Umdeutung des Kultus in der Qumrangemeinde und im Neuen Testament (SUNT 7; Göttingen 1971).
27 Sur les problèmes d’intégrité et d’authenticité du passage, l’étude de loin la plus exhaustive, avec une bibliographie très complète, est celle de R. BIERINGER, "2 Korinther 6,14 – 7,1 im Kontext des 2. Korintherbriefes. Forschungsüberblick und Versuch eines eigenen Zugangs", en R. BIERINGER – J. LAMBRECHT, Studies on 2 Corinthians (BETL 112; Leuven 1994) 551-570. Cet auteur se prononce pour l’authenticité et l’intégrité de ces versets.
28 Les citations ne seront pas étudiées en leur contexte vétérotestamentaire, mais comme appartenant au tissu paulinien. Pour une étude de la formule vétérotestamentaire, voir par ex. H.H. SCHMID, "Ich will euer Gott sein, und ihr sollt mein Volk sein. Die sogenannte Bundesformel und die Frage nach der Mitte des ATs", Kirche. Festschrift G. Bornkamm (Hrsg. D. LÜHRMANN) (Tübingen 1980) 1-25.
29 Voir les trois phrases en gras du schéma.
30 On aura noté les trois répétitions du verbe le/gein: plus que de chaîne scripturaire (écrite donc) il vaut mieux parler ici d’oracle.
31 La formule métadiscursive le/gei ku/rioj du v.17b est exclue du compte (et elle est ajoutée par Paul).
32 Le neuvième et dernier kai/ (au v.18) est le seul à relier deux compléments d’une même proposition.
33 Est-il besoin de rappeler que la reversio ne délimite pas nécessairement une unité littéraire ou sémantique (à la différence du chiasme, qui est un type particulier de reversio)?
34 Il s’agit du kai/ contracté uni au pronom personnel e)gw/ (ka)gw/).
35 Le ka)gw/ ne vient pas de la citation d’Ezéchiel (que le passage auquel il est fait allusion soit Ez 20,34 ou 20,41) mais de Paul, qui utilise assez fréquemment ce ka)gw/ (24 fois dans les homologoumena).
36 Eu égard aux destinataires et/ou objets du discours divin, on a donc la troisième personne du pluriel ("ils") en A, et le deuxième du pluriel ("vous") en B + A'.
37 Comme l’admettent la plupart des commentaires, le v.16de est un mélange de Lv 26,12 (kai_ e)mperipath/sw e)n u(mi=n kai_ e!somai u(mw=n qeo/j kai_ u(mei=j e!sesqe/ mou lao/j) et Ez 37,27 (kai_ e!stai h( kataskh/nwsi/j mou e)n au)toi=j kai_ e!somai au)toi=j qeo/j kai_ au)toi/ mou e!sontai lao/j).
38 Paul reprendrait-il une idée que certains pensent retrouver à Qumran, où la communauté se serait considérée comme le sanctuaire construit par Dieu pour y habiter? Voir la discussion en J. Fitzmyer, B. Gärtner et G. Klinzing, cités plus haut (n. 26). Les textes disent plusieurs fois de la communauté qu’elle est #$dwq tyb (1QS 8,5; 9,6; etc.), mais peut-on s’appuyer sur 4QFl 1,6-7 et 11, qu’on trouvera en J.M. ALLEGRO, Qumrân Cave 4. With the Collaboration of Arnold A. Anderson (DJD 5; Oxford 1968) 53, pour conclure que la communauté se concevait comme le "temple de Dieu"? (1) La phrase Md) #$dqm )wl twnbl est diversement comprise: selon certains, Dieu a voulu "se construire un sanctuaire [fait] d’hommes", et selon d’autres, il a voulu "se construire un sanctuaire [parmi] les hommes ("unter den Menschen", G. KLINZING, Umdeutung des Kultus, 81)". (2) Le passage parle-t-il des qumraniens d’alors (Gärtner) ou du Temple eschatologique (Klinzing)? La position de Klinzing semble plus fondée. Au demeurant le recours à Qumran n’explique en rien le glissement de nao/j à lao/j en 2 Co 6,16. De son côté, M. THRALL, A Critical and Exegetical Commentary on the Second Epistle to the Corinthians (ICC; Edinburgh 1994) 476, note que l’idée de l’homme temple de Dieu se trouve dans le stoïcisme et chez Philon; cela est vrai, mais il s’agit de l’individu, et pas du groupe.
39 Il ne faut d’autre part pas a priori exclure le jeu des assonances — qu’il s’agisse d’allitération ou de paronomase, peu importe ici — pour le passage de nao/j à lao/j.
40 Pour plus d’information, voir, J.-N. ALETTI, "L’argumentation paulinienne en Rm 9", Bib 68 (1987) 41-55, en particulier le schéma p. 42, reproduit ici; on trouvera en cet article les nécessaires appuis assurant la validité du découpage.
41 On retrouve, de manière élargie, le thème de la miséricorde tout à la fin de la section, en Rm 11,30-32.
42 Pour plus d’explications, voir ALETTI, "L’argumentation paulinienne en Rm 9", 48-53 (repris et développé en ID., Comment Dieu est-il juste? (Paris 1991) 158-173, et Israël et la Loi dans la lettre aux Romains (Paris 1998) 180-192.
43 Comme il a déjà été amplement montré ailleurs pourquoi il a pu le faire, qu’il suffise de renvoyer le lecteur à l’article et aux livres mentionnés dans la note précédente.
44 Voir Rm 11,3; et déjà Rm 1,13; également 15,9.10.11.16.18; 16,4 (avec l’expression symptomatique ai( e)kklhsi/ai tw=n e)qnw=n), et, en dehors de Rm, Ga 2,12 (où il s’agit manifestement d’ethnico-chrétiens, et non de païens!). Comme bien des commentateurs de Paul l’ont noté, le vocable e!qnh est ambigu car il peut, selon le contexte, désigner, comme on vient de le voir, les ethnico-chrétiens, ou les païens (1 Co 12,2; Ga 2,15; 1 Th 4,5; également Ep 4,17), qui s’adonnent à l’idolâtrie et à l’immoralité.
45 La phraséologie d’Os 2,25 (e)leh/sw th_n Ou)k-h)lehme/nhn) a été modifiée par Paul pour que le parallèle avec l’unité B soit plus facilement repérable.
46 Noter que les deux membres de phrase d’Os 2,25 sont eux aussi repris dans l’ordre inverse; la raison en sera donnée plus loin.
47 Que l’agencement des citations scripturaires se fasse à l’aide de la gezerah shawah, cela est confirmé, comme le notent les commentaires, au fait des techniques juives anciennes d’interprétation, par le fait que les citations de Rm 9,26 et 9,27 sont contigües pour la même raison (une gezerah shawah): Rm 9,26= Os 2,1 commence en effet ainsi kai_ h]n o( a)riqmo_j tw=n ui(wn Israhl w(j h( a!mmoj th=j qala/sshj, presque comme Rm 9,27= Is 10,22 e)a_n ge/nhtai o( lao_j Israhl w(j h( a!mmoj th=j qala/sshj.
48 Os 2,1 (fils du Dieu vivant); Os 2,25 (celle à qui il a été fait miséricorde; peuple).
49 KRAUS, Das Volk Gottes, 111-119, et passim.
50 Pour les textes vétérotestamentaires, voir encore KRAUS, Das Volk Gottes, 197-201.
51 Comme le rappelle très justement KRAUS, Das Volk Gottes, 9, Paul ne dit pas davantage de l’Église qu’elle est "le nouveau peuple de Dieu".
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pharisien Libéré

avatar

Nombre de messages : 365
Age : 68
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: meilleure verson   Dim 16 Sep - 13:11

version originale plus pratique mieux lisible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard C

avatar

Nombre de messages : 223
Age : 80
Localisation : Canada- PQ
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Ven 4 Avr - 22:30

Je trouve ce lien et vous le partage en espérant que je me trompe pas trop de "fil" http://www.bonnenouvelle.ch/20080330450/9-avril-2008/bible-ouverte/jesus-na-pas-voulu-fonder-leglise.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 2:14

Il m'arrive parfois de me laisser quelque peu aller à pondre des messages franchement indigestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jézabel

avatar

Nombre de messages : 444
Age : 37
Date d'inscription : 31/03/2008

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 18:27

En résumé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 18:37

Un résumé ? non pitié affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jézabel

avatar

Nombre de messages : 444
Age : 37
Date d'inscription : 31/03/2008

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 18:53

Tu n'a pas compris ce que tu as copié ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 19:17

Pire, je l'ai oublié Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jézabel

avatar

Nombre de messages : 444
Age : 37
Date d'inscription : 31/03/2008

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 19:24

Commençons par le commencement : de qui Paul tient-il son autorité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard C

avatar

Nombre de messages : 223
Age : 80
Localisation : Canada- PQ
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 20:07

florence_yvonne a écrit:
Il m'arrive parfois de me laisser quelque peu aller à pondre des messages franchement indigestes.

Mais de quel message parles-tu Question et la santé ça va cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
florence_yvonne
Administrateur fondateur
avatar

Nombre de messages : 1260
Age : 57
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   Sam 5 Avr - 20:32

Je parle du message initial de ce topic.

Je vais comme les montagnes russes, un coup en haut, un coup en bas. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le statut de l’Église dans les lettres pauliniennes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Statut de Marie et des saints
» sujets...
» Les 7 Églises et les 7 Anges
» Le port de signes religieux
» Le handicap et l'Eglise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La bible au peigne fin :: Forum généraliste :: Etude/théologie-
Sauter vers: